La Tunisie multiplie les opérations antiterroristes, plusieurs arrestations

La police tunisienne a mené plusieurs opérations antiterroristes dans le pays.
REUTERS/Zoubeir Souissi
Par RFI

Une opération anti-terroriste s’est déroulée dans la banlieue sud de Tunis, à l’aube, ce dimanche 4 août. Un suspect a été tué, quatre terroristes présumés ont été arrêtés après des échanges de tirs. Dans la nuit, les autorités ont annoncé avoir déjoué un assassinat politique à Sousse, à 140 kilomètres au sud de Tunis, et avoir arrêté deux terroristes qualifiés de « très dangereux ».

Dans plusieurs opérations spectaculaires en périphérie de Tunis, la Brigade antiterrorisme (BAT) a pris d’assaut au petit matin une maison dans laquelle se trouvait un groupe armé qui a immédiatement riposté dès l’intervention des forces d’élite.

L’accrochage s’est déroulé dans la plus grande cohue sous les yeux de dizaines de badauds attirés par les bruits des échanges de tirs. Finalement, un membre du groupe armé a été tué et quatre blessés ont été interpellés. Le ministère de l’Intérieur décrit le groupe comme étant un groupe jihadiste.

Des interventions de la police ont eu lieu également dans d’autres endroits du territoire, notamment à Sousse où le ministère de l’Intérieur annonce avoir empêché samedi soir l’assassinat d’une personnalité publique dont l’identité n’a pas été communiquée. Là aussi, des échange de tirs, deux arrestations, mais certains des auteurs de ces tirs sont parvenus à prendre la fuite.

Les autorités pointent dans toutes ces actions le mouvement salafiste tunisien. Les leaders du mouvement jihadiste Ansar al-Charia, contactés par RFI, continuent à nier toute implication dans cette forte poussée de violence en Tunisie depuis le 25 juillet, date de l’assassinat du député Mohamed Brahmi.